Skip to content

Publications

2022

Les Métiers en 2030 est un travail de France Stratégie et de la DARES pour lesquels SEURECO a réalisé des scénarios prospectifs macro-sectorielle à l’horizon 2030. Le rapport dresse un panorama chiffré des perspectives des métiers à l’horizon 2030 qui intègre à la fois les grandes tendances observées par le passé et les évolutions attendues sur les plans démographiques, économiques, technologiques et environnementaux.

2022

Ce chapitre présente la représentation du progrès technique endogène et de l’innovation dans le modèle macro-économique NEMESIS et focalise sur les fonctionnalités du modèle pour l’évaluation des politiques de soutien à l’innovation. Ces mécanismes sont illustrés par l’évaluation ex-ante du programme de recherche européen Horizon Europe.

2021

Nous nous appuyons sur un ensemble de onze modèles pour une comparaison des leurs résultats pour l’UE, et dont la logique de construction des scénarios et les questions de recherche étudiées ont été formulées en fonction des préoccupations des parties prenantes. Nous constatons que l’Europe est actuellement en passe de dépasser l’objectif de 40 % qu’elle s’était fixée avant 2020, mais qu’elle est encore loin de son ambition la plus récente, à savoir une réduction de 55 % des émissions d’ici à 2030. Outre l’importance de l’électrification des transports, le niveau de déploiement du captage et du stockage du carbone est lié à l’importance de l’effort de réductions des émissions et à la diffusion de l’hydrogène dont la majeure partie produite après 2040 est bleue. Enfin, l’exercice multi-modèle a mis en évidence les avantages d’une décarbonisation plus poussée en termes de sécurité énergétique et d’emplois, ainsi que des besoins d’investissement modérés à élevés dans les énergies renouvelables.

2021

Cette étude explore les implications possibles de la Conduite Connectée et Automatisée (CCA) sur l’emploi. Elle fournit une analyse des impacts à court, moyen et long terme de la CCA sur l’emploi, les compétences et la connaissance, et elle explore et présente des options dans des domaines politiques-clés pour que l’Union Européenne puisse prendre des mesures à temps. La partie principale du rapport présente quatre scénarios alternatifs du déploiement de la CCA et de la composition des flottes automobiles jusqu’en 2050. Il fournit une analyse des impacts quantitatifs et qualitatifs sur l’emploi et sur d’autres indicateurs sociaux sous les quatre scénarios développés. La partie finale présente 22 options politiques accompagnées d’un calendrier d’implémentation et d’une description du rôle des différents acteurs dans le but d’établir un fondement solide pour la feuille de route sociale du déploiement de la CCA

2020

Ce rapport présente une revue analytique très détaillée de l’abondante littérature économique sur les liens entre les investissements en recherche des entreprises et la croissance économique et détaille ensuite comment la croissance économique est représentée dans le modèle NEMESIS. Nous présentons ensuite les scénarios et les résultats de leur simulation avec le modèle NEMESIS pour quantifier conséquences socio-économiques du CIR depuis 2008.

2020

Toutes les économies dépendent aujourd’hui de l’utilisation des métaux, soit dans les secteurs de la construction ou de l’énergie, soit dans les secteurs technologiques plus avancés. Néanmoins, tous les pays ne disposent pas d’industries minières, ce qui implique que ces pays doivent importer des concentrés de métaux primaires et des produits semi-finis contenant des métaux pour satisfaire leur consommation finale. En important ces biens, ils importent également les externalités environnementales qui leur sont associées. En considérant le territoire métropolitain français où les industries minières sont à l’arrêt depuis les années 1990, cette étude évalue les impacts sur le changement climatique des activités liées aux métaux (c’est-à-dire l’extraction, la production et le recyclage) induites par la demande finale française, ainsi que leur part dans l’empreinte carbone totale de la France.

2020

Ce rapport propose une synthèse complète du potentiel d’utilisation de bases de données MRIO (Multi regional input output). De cette analyse, on montre que l’empreinte carbone de la demande finale intérieure de la France semble se stabiliser depuis les débuts des années 2010, alors que la part des émissions contribuant à l’empreinte carbone française ayant lieu en dehors de la France a eu tendance à augmenter entre 1995 et 2009. En parallèle, les résultats spécifiques au poids de la filière des métaux (extraction – production – retraitement) dans l’empreinte carbone de la France sont présentés. Finalement, le rapport propose une synthèse de la littérature sur les notions de fuites de carbone et de mécanismes d’ajustement carbone aux frontières (MACF). Une analyse des effets macro-économiques (sur le PIB et l’emploi) en Union Européenne et en France de différents scénarios de mise en œuvre de MACF est également proposée.

2019

Cette étude fournit une évaluation ex ante de l’impact économique du programme-cadre de recherche et d’innovation de l’UE pour l’après-2020, Horizon Europe. L’une des principales nouveautés de cette approche est l’utilisation de trois modèles macroéconomiques différents pour l’évaluation de la poursuite du programme actuel, Horizon 2020 : NEMESIS, QUEST et RHOMOLO. En outre, NEMESIS est utilisé pour évaluer différentes options politiques liées au budget, à la gestion et à la conception d’Horizon Europe. Le papier met également en évidence les principaux aspects et hypothèses que les décideurs politiques et les chercheurs doivent prendre en compte pour ce type d’analyse, tels que l’allocation budgétaire, la performance, l’effet de levier et les modes de financement.

2019

Le rapport donne un aperçu complet des analyses permettant de définir une trajectoire de valeur carbone à prendre en compte pour atteindre l’objectif de zéro émission nette de GES en 2050 en France. Entre autres analyses, une analyse multi-modèles a été réalisée en utilisant deux types de modèles différents : des modèles macroéconomiques et des modèles de systèmes énergétiques. Enfin, le rapport recommande, pour 2030, de mettre en avant un prix fictif de 250€t/CO2e. D’ici 2050, celui-ci devrait s’aligner sur les coûts estimés des technologies habilitantes nécessaires à la décarbonisation – d’où une fourchette prudente de 600 à 900€/tCO2e.

P., Le Mouël, 2019, « Macroeconomic evaluation of EU R&I Policies: Ways and Means ». Economics and Finance. Université Côte d’Azur, 2019. English. NNT: 2019AZUR0008. tel-02497667. PhD Dissertation.

2019

Cette thèse de doctorat décrit les mécanismes de R&I que les modèles macroéconomiques QUEST III, NEMESIS et RHOMOLO intègrent, et comment ces modèles sont utilisés pour évaluer les politiques de R&I en UE. NEMESIS est certainement le modèle qui inclut les mécanismes de progrès technique les plus riches, avec notamment l’extension récente de ses mécanismes d’innovation au rôle joué par les investissements en TIC, en logiciels et en formation professionnelle, particulièrement importants pour représenter l’innovation dans les services. Il y a l’art, et la manière, pour l’évaluation macroéconomique des politiques de R&I de l’UE, et c’est à la présentation de ce “compromis” que forment les différents modèles, à partir de l’analyse des principaux travaux théoriques qui se sont développés, depuis les années 1950, que cette thèse est dédiée.

2019

Nous avons mené une analyse des sentiers possibles pour une décarbonisation profonde de l’Union Européenne jusqu’en 2050, en évaluant un large portefeuille d’options. À la suite d’un effort de modélisation important, nous proposons un éventail de solutions et fournissons des informations clés basées sur les principales perspectives du projet SET-Nav, c’est-à-dire la demande, l’offre d’énergie et les infrastructures, et les effets macroéconomiques. Dans cette synthèse, nous nous concentrons sur les questions spécifiques de transition énergétique et sur les implications et recommandations pour la recherche et l’innovation.

2018

Cette étude a été réalisée en soutien à l’étude d’impact d’Horizon Europe, le programme-cadre européen pour la recherche et l’innovation (2021-2027). L’évaluation des conséquences socio-économiques et environnementales de différentes options s’appuie sur un scénario de référence dans lequel le programme de recherche Horizon 2020 (2014-2020) serait poursuivi. Les options étudiées distinguent: des options de gestion du programme-cadre (centralisée ou décentralisée), des options budgétaires (augmentation ou diminution du budget) et des options de conception du programme.

Le Mouël, P., Le Hir, B., Fougeyrollas, A., Zagamé, P. and and Boitier, B., 2016, “Toward a macro-modelling of European Innovation Union: The contribution of NEMESIS model”, paper presented at the 9th Conference on Model-based Evidence on Innovation and DEvelopment (MEIDE) the 16-17 June 2016 in Moscow, Russia.

2016

Cet article présente comment est représentée l’innovation dans NEMESIS, un modèle multisectoriel pour les pays de l’UE-28, largement utilisé pour l’évaluation des politiques de Recherche et Innovation de l’UE. Alors que la version précédente du modèle était basée uniquement sur la R&D, dans cette nouvelle version, nous étendons la gamme des actifs d’innovation aux investissements dans les TIC et dans un ensemble d’actifs intangibles (logiciels et formation). Cela permet notamment de mieux représenter l’innovation dans les secteurs des services et la diversité des stratégies d’innovation adoptées par les différents pays et secteurs de production.

2016

Les sources d’énergie renouvelables jouent un rôle clé dans la politique climatique pour 2030 de la Commission européenne. Nous appliquons deux types de modèles : un modèle technico-économique sectoriel détaillé du déploiement des renouvelables et deux modèles macroéconomiques. Nos résultats suggèrent que, jusqu’en 2030, notre hypothèse du triple dividende se vérifie même si le rôle de l’Europe en tant que fournisseur de technologies pour le reste du monde est en déclin. L’ordre de grandeur des effets sur le PIB et l’emploi est plus ambigu, car il diffère sensiblement en fonction de la théorie économique sous-jacente aux différents modèles. Néanmoins, les deux modèles prévoient une légère augmentation du PIB et de l’emploi en 2030 en cas de mise en œuvre d’objectifs ambitieux en matière d’énergie renouvelables.